Histoire et patrimoines

Les savoir-faire

Les métiers ont évolué, certains ont disparu, d’autres se sont adaptés. Dans les champs des arrières-dunes, l’agriculture est désormais fréquemment maraîchère tandis qu’à Quiberon, les chalutiers continuent de débarquer leur pêche, jour après jour.

Paysans de la terre, paysans de la mer

 

En arrière de dunes, l’agriculture maraîchère se développe autour des circuits courts et alternatifs. Les sols sablonneux, qui se réchauffent rapidement, favorisent la culture de légumes-racines. Les « paysans de la terre » proposent notamment des variétés locales anciennes, comme la carotte de Plouhinec, le chou de Lorient ou l’oignon d’Erdeven.

Ailleurs sur le Grand Site, les « paysans de la mer » maintiennent quant à eux l’activité ostréicole et élèvent des huîtres aux saveurs spécifiques.

vagues

Terre de pêcheurs

 

L’activité maritime se concentre aujourd’hui à Quiberon. Deuxième criée du Morbihan, la criée municipale de Quiberon accueille chaque jour 150 bateaux qui débarquent leurs poissons, coquillages et crustacés pour les vendre aux enchères.

Issus de la pêche raisonnée, les produits débarqués (sardines, bars, congres, lieux jaunes, etc.) bénéficient d’une qualité remarquable. C’est à Quiberon que la sardine est le poisson le plus important en volume et en tonnage. Elle alimente les conserveries françaises, à commencer par les deux entreprises quiberonnaises encore présentes sur la presqu’île.

Translate »